J’ai repéré Carine sur Instagram car elle suivait le régime paléo et bien que je ne suive pas strictement ce régime je m’en inspire souvent. J’ai eu envie de lui donner la parole sur le blog Miss bon plan, car je pense qu’en terme de nourriture, c’est un vrai bon plan de se recentrer sur l’essentiel comme nos ancêtre.

Voici mes questions et ses réponses. Les réponses sont rédigées par Carine.

1. En quoi consiste le régime paléo ?

Le régime paléo est un mode alimentaire qui s’inspire de celui de nos ancêtres chasseurs-cueilleurs de l’ère du paléolithique, avec lesquels nous partageons une différence de génome de seulement 0,2 %. Les différentes recherches scientifiques démontrent que, malgré les clichés, ils vivaient en bonne santé et s’ils mourraient prématurément, c’était souvent dû à des accidents ou à la mortalité infantile. S’ils passaient ces écueils, ils vivaient plutôt vieux, en très bonne condition physique et en bonne santé. Tout s’est ensuite compliqué avec l’avènement du néolithique, il y a 10 000 ans seulement, où l’agriculture est arrivée avec la sédentarisation. Ils ont introduit dans leur bol alimentaire de nouveaux aliments tels que les céréales et les produits laitiers. Notre ADN, qui évolue très lentement, n’a pas eu le temps, en seulement 333 générations, de s’adapter. Pour prendre une image, si notre évolution était ramenée à une journée de 24 heures, l’homme a été uniquement chasseur-cueilleur jusqu’à 23 h 59. La consommation, en excès, de ces aliments peut provoquer une inflammation chronique qui peut dégénérer selon le terrain de chacun en diverses pathologies dites de civilisation telles que le diabète, l’arthrose, les problèmes de peaux… Le régime se propose donc d’éliminer ces aliments, dits inflammatoires, que sont les céréales, les produits laitiers, les légumineuses et les produits industriels pour ne consommer qu’uniquement des fruits, légumes, viandes, poissons, œufs et oléagineux.

2. Pour quelles raisons as-tu démarré un régime paléo ?

Début 2013, du jour au lendemain, j’ai été atteinte d’un violent eczéma autour des yeux. J’étais défigurée, avec un contour de l’œil rouge, bouffi et dont la peau desquamait et saignait. En 4 mois j’ai consulté 4 dermatologues qui ont tous eu des diagnostics différents et qui recouraient systématiquement à la cortisone. Au bout des 10 jours de traitement, dès que je l’arrêtais, tout revenait. J’ai vite compris que la cortisone n’était qu’un pansement sur… mais sur quoi au juste ? J’ai commencé à me poser des questions et à aller regarder du côté de la naturopathie qui part du principe qu’un eczéma, ce n’est que la porte de sortie de toxines que le corps n’arrive pas à évacuer. Mais qu’est-ce qui pouvait provoquer ça ? J’ai fait des tonnes de recherches pour finalement tomber sur le livre de Mark Sisson « Le modèle Paléo ». J’ai relié tous les points entre eux. J’ai compris que les 2 ans de nuits entrecoupées suite à la naissance de ma fille, les 3 ans d’allaitement cumulés à un travail à temps complet très prenant avaient causé un stress physique prolongé à mon corps. Ce stress avait altéré la paroi de mes intestins qui ne jouaient plus correctement leur rôle de filtres et étaient devenus poreux. Les particules alimentaires mal digérées de mon alimentation passaient dans ma circulation sanguine et étaient reconnues comme ennemies par mon système immunitaire. Il les attaquait et poussait les cadavres de la bataille là où il le pouvait : par ma peau, autour des yeux. J’avais compris : il fallait tarir « à la source » le problème, l’assassin était dans la cuisine. J’ai pu déterminer être intolérante au gluten, au sarrasin, à la caséine des produits laitiers et au soja, en supprimant et en réintroduisant 30 jours plus tard les aliments incriminés.

3. Quels ont été les effets immédiats chez toi  ?

En moins d’une semaine, mon eczéma avait disparu. Au bout de 6 semaines, j’ai constaté que l’asthme naissant dont je souffrais avait disparu et mon acné également. Le printemps suivant, j’avais aussi eu la surprise de constater que je ne souffrais plus de rhume des foins.

4. Etais-tu suivi par un nutritionniste ?

Oui et non ! Le paléo était très peu connu en France à cette époque, au contraire des Etats-Unis (qui ont toujours une longueur d’avance sur nous question nutrition). J’ai effectué mes recherches et je suis tombée sur l’e-book d’une nutritionniste québécoise, Aglaée Jacob. Elle avait déjà publié des livres connus en langue anglaise, préfacés par un des pontes du paléo américain. Mais étrangement, son e-book, en français, que je jugeais d’une très grande qualité, restait dans son tiroir. Je l’ai contactée, d’une part pour la féliciter de son excellent travail, mais aussi pour lui suggérer de soumettre son e-book à une célèbre maison d’édition française dans le domaine de la nutrition. En parallèle, je crois que ça lui a permis de voir que le paléo commençait à intéresser les francophones. Elle a donc commencé à proposer des « défis paléo » sur 30 jours via un groupe privé sur Facebook début 2015. Je les ai suivis durant 4 mois. Cela m’a vraiment permis d’ancrer et d’équilibrer le régime. En outre, j’ai été très fière d’apprendre que les éditions Thierry Souccar avaient accepté de publier, début 2015, cet e-book sous le titre « Je me mets au paléo » sur mes recommandations ! Nous sommes toujours amies à ce jour.

5. Faut-il combler certaines carences avec ce régime ?

Aucune carence ! Par exemple, le calcium des amandes, des sardines (à condition de les choisir avec arêtes), des eaux ou des légumes est mieux assimilé que celui des produits laitiers (qui de par leur acidité, le permettent moins bien). J’ai encore fait une prise de sang dernièrement et tout était OK. Pour la petite histoire, je n’ai pas consommé de produits laitiers durant ma 2ème grossesse en 2016 et mon gynéco était parfaitement ok avec ça.

Quant aux autres carences liées à l’éviction des céréales, c’est même tout le contraire ! Dans l’intestin, les lectines et les phytates des céréales et des légumineuses se lient avec les minéraux et les emprisonnent. Donc, si vous consommez, par exemple, un multivitamines en même temps que des céréales, il y a fort à parier que, malheureusement, les minéraux ne finissent dans la cuvette de vos toilettes. C’est triste, je sais.

6. Tu as des enfants, est-il adapté à leur alimentation en pleine croissance ?

Sur mes 2 grossesses, je totalise 4 ans d’allaitement, c’est bien paléo ça non ? Blague à part, je n’impose rien à mes filles tant qu’elles ne sont pas intolérantes. J’essaye juste de limiter au maximum le sucre industriel et d’optimiser les produits frais et naturels. Tu as donc compris… je ne m’ennuie pas à la maison et ça bataille sec. Pour le reste, le paléo classique peut sembler restrictif au niveau des glucides permis (glucides dont ils ont besoin en période de forte croissance). C’est pourquoi, si je devais l’appliquer à des enfants, j’introduirais des céréales sans gluten tels que le riz, le quinoa, le sarrasin, le millet…

7. Comment mettre en place un régime paléo au quotidien ?

De prime abord, le régime paléo peut sembler cher. Mais il existe quelques astuces qui permettent de réduire le budget. Au niveau de la viande, le paléo prône la consommation de viande d’animaux issus des pâturages. J’ai eu beau chercher, en Alsace, je n’ai rien trouvé. Et je ne trouve pas très écolo de la faire venir de plus loin en la commandant par internet. Du coup, comme j’habite dans l’hyper centre de Strasbourg, je vais beaucoup au marché ou au magasin de la Nouvelle Douane qui est tenu par les producteurs eux-mêmes. Si j’ai une question sur l’élevage ou autres, ils sont très disponibles pour répondre. Pour les légumes, je suis abonnée depuis 4 ans à la livraison des paniers de la Ferme Saint-André à Friedolsheim. C’est une ferme qui était tenue jusqu’à il y a peu par des bonnes sœurs qui employaient des personnes en réinsertion. Les légumes sont locaux, bio et répondent au label Nature et Progrès. Le panier est modifiable via un compte internet et je suis livrée sur mon lieu de travail toutes les semaines. Le panier me revient à environ 15 euros par semaine. Pour le reste je complète soit au marché, soit en magasin bio.

Au niveau de la mise en place de nouvelles habitudes alimentaires, je prône soit la théorie des petits pas et de remplacer chaque aliment un par un par une alternative paléo, soit, selon les tempéraments, d’y aller franco et de plonger complètement dans le paléo durant 30 jours. En 30 jours (et même avant), vous saurez si le paléo est fait pour vous ou non. Donnez-vous 30 jours… et on en reparle après (mais je saurai ce que vous me direz).

8. Comment respecter un régime paléo associé à une vie sociale (restau, cantine, invitation chez des amis) ?

Pour moi, qui mange paléo pour raisons de santé, je ne me suis permis aucun écart durant 4 ans. Mes amis étaient donc prévenus que si je ne mangeais pas le gâteau du dessert, ça n’avait rien à voir avec eux et que je venais les voir eux, et pas forcément le gâteau. Et pour le restaurant et la cantine, je tâchais de prendre une viande, des frites et des légumes grillés. Pas mauvais non plus !

Pour les autres personnes qui mangent paléo dans une démarche de mieux-être et de meilleure forme, je conseillerais d’appliquer les fameux « 80-20 ». En gros, manger paléo 80 % du temps et relâcher tout les 20% qui restent, comme chez des amis, au restaurant. Pas de frustration… même si le lendemain, votre corps vous rappellera ce que vous avez mangé (ça aussi je sais ce que vous me direz si on en reparle dans 30 jours).

9. Pour toi, le paléo est plus un mode de vie qu’un régime à proprement parler ?

En effet, il existe tout un lifestyle autour du paléo. Par exemple, au niveau sportif, en calquant l’activité physique sur celle de nos ancêtres qui marchaient énormément, se musclaient par leurs activités quotidiennes et piquaient quelques rares sprints en échappant à un prédateur. Les périodes de chasses intenses étaient toujours suivies par des jours de récupération. Ainsi, Mark Sisson préconise de privilégier 2 à 3 séances de renforcement musculaires de 30 min environ par semaine, de beaucoup marcher et de piquer un vrai sprint tous les 10 jours environ. Et surtout, de s’octroyer de vrais jours de repos.

L’accent est également mis sur le sommeil et l’importance des filtres de lumière bleutée sur les écrans le soir pour ne pas bloquer la mélatonine, de bien s’exposer au soleil pour stimuler la production de vitamine D en été, mais aussi sur l’importance de jouer pour garder son cerveau en forme. Par exemple, il y a 15 jours j’ai fait une sortie en accrobranche et je peux te dire que je me suis amusée comme une gamine à grimper dans les arbres.

10. Quelles sont tes meilleurs sources d’inspiration (livres, méthodes) ?

Les livres ! Pour ne citer que les plus pertinents: « Le modèle paléo » de Mark Sisson, « Je me mets au paléo » d’Aglaée Jacob, « Le Régime paléo » du Dr Loren Cordain, « Paléo Nutrition » de Julien Venesson ou, pour les anglophones : « The Paleo Solution » de Robb Wolf.

11. Aujourd’hui, tu as décidé d’arrêter ce régime, pour quelles raisons ?

Avec 4 ans de recul, je me rends compte que c’est à l’alimentation de s’adapter au rythme de vie des gens et pas l’inverse. Pour ma part, je suis ce qu’on appelle une athlète du quotidien, avec un boulot à plein temps et deux enfants en bas âge. Avant ma 2ème grossesse en 2016, le régime était parfaitement adapté à mes besoins. J’étais en super forme ! Puis, après la naissance de ma fille, qui a mis un an à faire ses nuits, j’ai également changé d’emploi, autant dire que j’étais crevée. J’ai mis longtemps à comprendre qu’il me fallait augmenter ma ration de glucides pour puiser plus d’énergie là où je pouvais. J’ai donc réintroduit les légumineuses, le riz et le quinoa dans mon alimentation, puisque je les supporte.

En conclusion, je dirais que le paléo est salutaire pour un objectif précis et sur une durée déterminée (tel que le défi des 30 jours pour détecter de façon simple et gratuite les intolérances alimentaires, pour booster une perte de poids ou pour retrouver l’énergie).

 

Et vous, que pensez-vous du régime paléo ? Dites moi tout dans les commentaires.

 

Retrouvez aussi Miss bon plan, mes concours et astuces sur ma page Facebooksur Twitter et sur Instagram.

Et rendez-vous très vite pour un prochain article.

Crédit photo : Carine

Rendez-vous sur Hellocoton !